Quelle assurance habitation choisir pour une colocation ?

Assurance habitation

La colocation ne s’adresse désormais plus uniquement aux seuls étudiants. Elle permet également à de nombreux salariés de faire face à l’explosion des tarifs des locations dans les grands centres urbains et de s’y loger. Dans de telles circonstances, quelle assurance habitation faut-il choisir ? Vous le saurez en prenant connaissance des informations contenues dans le texte ci-dessous.

L’ensemble des colocataires doit-il être assuré ?

D’un point de vue strictement légal, il est impératif qu’au moins un des colocataires bénéficie d’une assurance couvrant les risques locatifs. Elle offre des garanties telles que la prise en charge des dégâts occasionnés par une fuite d’eau ou un incendie. Pourtant, dans la pratique, un tel fonctionnement demeure insuffisant. En effet, les autres membres de la colocation peuvent eux-aussi être responsables d’un sinistre. Ils devraient alors assumer la prise en charge des dégâts sur leurs fonds propres. Vous n’êtes pas sans savoir que la facture peut rapidement grimper dans le cas d’un incendie par exemple !

C’est pourquoi, il est fortement recommandé, même si la loi ne vous y oblige pas, que tous les habitants signent un contrat d’assurance habitation colocation. Vous trouverez également des formules spéciales chez certaines compagnies d’assurance permettant de couvrir l’ensemble des colocataires au sein d’un contrat unique collectif. Quelque soit votre choix, ne prenez pas le risque de mettre en danger votre avenir dans le but d’économiser quelques dizaines d’euros !

Vous aimeriez avoir encore plus d’informations concernant ce sujet ? Cliquez ici ! Vous pourrez même prendre contact avec un assureur renommé et bénéficier de ses précieux conseils.

Attention au bail !

Le contrat de bail va influencer le choix de votre future assurance colocation. Il existe en effet des baux uniques. Ils doivent être signés par tous les colocataires. Par conséquent, la colocation pourra être couverte par un contrat unique collectif. Cette solution simplifie la gestion pour le propriétaire comme pour les occupants du logement. Cela explique pourquoi elle rencontre un si grand succès depuis quelques années. Ce cas de figure est devenu majoritaire aujourd’hui. Attention, pour que tous les occupants soient réellement couverts par l’assurance, leur nom doit obligatoirement figurer sur le contrat de souscription.

À de plus rares exceptions, vous serez peut-être aussi confronté à un bail individuel. Dans le cadre d’une colocation, cela oblige chaque habitant à le signer de manière individuelle. Par conséquent, vous aurez déjà probablement compris que tous devront faire des démarches pour s’assurer personnellement. Si elle est plus lourde sur le plan administratif, cette solution offre tout de même l’avantage à chaque colocataire de définir des garanties spécifiques. Cette liberté aura également un impact sur le montant des cotisations. Ainsi, les colocataires peuvent tout à fait payer des montants différents et même opter pour des compagnies d’assurances différentes sans que cela ne pose le moindre problème !

Informer du moindre changement

Les colocataires ont l’obligation de fournir une attestation d’assurance au propriétaire dès leur entrée dans le logement. Il faut également procéder de la sorte à chaque nouvelle année. En cas de manquement, et après plusieurs rappels, le propriétaire pourra tout à fait rompre purement et simplement le contrat de location. Il aura également la possibilité de souscrire une assurance, au nom des occupants, dont le montant des cotisations sera ajouté au loyer (assorti ou non d’une majoration de 10 %).

Pour un contrat d’assurance habitation couvrant tous les colocataires, il est primordial que la liste des occupants soit tenue à jour. Ceux qui en seront absents ne seront en effet pas couverts et devront assumer seuls les conséquences éventuelles d’un sinistre. Aussi, vous devez obligatoirement prévenir la compagnie d’assurance du moindre changement. Si jamais un colocataire part, son nom sera rayé de la liste. Si un autre le remplace, votre assureur l’intégrera au contrat dès son arrivée dans le logement. Pour faciliter vos démarches, de plus en plus d’assureurs vous donnent la possibilité de modifier vous-même cette liste via leur site web.

Travaux et malfaçons : comment agir contre un artisan ou entrepreneur ?
Avant d’acheter une maison : comment s’assurer de sa stabilité et sa sanité ?